mercredi 26 mai 2010

Veille documentaire du 11 Mai 2010

Bonjour à tous,

Au regard de l’actualité et de ses avancées, la veille de cette semaine s’est concentrée en grande partie sur le harcèlement au travail.

En effet, si une information juridique devait être retenue, ce serait à l’évidence l’accord national interprofessionnel sur la prévention du harcèlement et des violences au travail. Signé le 28 Avril dernier, les huit réunions de négociation ont porté leurs fruits : l’accord est unanime entre les partenaires sociaux. Ce texte vise à sensibiliser les employeurs, les travailleurs et leurs représentants sur la question du harcèlement et de la violence au travail. Il poursuit également l’objectif de proposer des outils pour faciliter leur identification et les moyens d’agir. Selon le directeur général du travail Jean-Denis Combrexelle, ces méthodes pour réduire les risques psychosociaux ne doivent pas laisser supposer que de profonds remaniements vont être à opérer au niveau de l’entreprise : « pas besoin de grandes révolutions. La réponse est dans la négociation collective. C’est tout le sens des réformes actuelles. »

Le harcèlement au travail est désormais définit comme apparaissant « lorsqu’un ou plusieurs salariés font l’objet d’abus, de menaces et/ou d’humiliations répétées et délibérées dans des circonstances liées au travail… ». Considéré comme multifactoriel, il n’écarte plus la responsabilité de l’entreprise. L’évolution de cette grille de lecture est pour beaucoup d’experts une évolution considérable. Ainsi, Philippe Davezies dans un article de 2007 alertait sur le danger de « passer à la trappe » le contexte plus général de travail. Poser le mot « harcèlement » en tant que réalité vécue par le salarié, transforme inévitablement sa façon de se percevoir : il devient victime. Or, sans un état des lieux objectif de l’organisation et des effets délétères qu’elle peut engranger, c’est bien souvent la personnalité du manager qui est uniquement mise en accusation. La « personnalité du chef » est alors accusée d’être perverse, irrationnelle, en dehors des réalités humaines et mue par une volonté de détruire l’autre. Le salarié, parce qu’il ne peut pas donner véritablement de sens à cet agissement, s’engage alors dans un « combat de mort ». Selon l’auteur, c’est de cette interprétation unilatérale qu’il faut se prémunir. Dans la mesure où « elle est en grande partie impensable et parce qu’elle ne s’ouvre pas sur des modalités de résolution favorables aux victimes », le harcèlement diagnostiqué sous un angle purement individuel est déjà un traumatisme.

« Légère baisse du stress chez Renault » : c’est ainsi que Le Figaro titre son article rapportant les résultats de l’audit du cabinet Technologia présentés fin avril. Après trois suicides de salariés travaillant au Technocentre, Renault avait lancé un plan-anti stress en 2007. Ces mesures avaient permis de réduire l’amplitude des horaires d’ouverture et de créer des postes favorisant une plus grande proximité entre le management et les équipes. Aujourd’hui, le niveau de stress constaté « bien qu’assez élevé, [ce niveau] correspond à la moyenne observée par Technologia dans d’autres entreprises ». Néanmoins, l’impact de la crise sur le groupe oblige désormais Renault à repenser son plan stratégique, ce changement d’orientation faisant peser de nouveaux risques sur la santé des salariés. Pour le directeur des sites d’ingénierie, l’effort réalisé en amont sur la question du bien être n’est surtout pas à minimiser, bien au contraire : « Heureusement que nous avons lancé notre plan contre le stress avant la crise. Autrement, je ne sais pas quel niveau nous aurions atteint aujourd’hui ».

Autre accord venant d’être signé, celui de France Télécom. Axé sur le stress, il a obtenu 60% des voix des salariés. Un Comité national de prévention du stress incluant les syndicats, la direction et les chargés de prévention sera, comme le définit l’accord, prochainement mis en place. L’accent est mis sur les facteurs organisationnels du travail, à son contenu, ses exigences ainsi qu’aux méthodes de management. A noter que ni Force Ouvrière ni la CGT n’ont souhaité donner leur signature.

A très bientôt!


V.B

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés par les auteurs de ce blog. Les propos injurieux, diffamatoires ou hors sujet seront exclus.