mardi 8 février 2011

Revue de presse - Veille documentaire


RPS, une profession en (re-)définition

Les débats autour de la création de la FIRPS semblent avoir pour effet secondaire intéressant la stimulation, au-delà des polémiques, d'une réflexion de fond sur le champ des RPS en France. C'est notamment l'objet d'une tribune du sociologue Yves Grasset sur le portail Intelligence RH : il y pointe deux risques majeurs pour les acteurs de la prévention des RPS, à savoir "la dérive gestionnaire" et "la psychologisation". Il plaide donc en faveur d'une redéfinition du projet de la profession - la prévention primaire étant appelée à y occuper une place centrale - et d'une évaluation "sans concessions" de "ce que produisent [les] interventions de prévention sur les RPS".
Le texte de Frédéric Fougerat, publié sur Focus RH, revient lui aussi sur l'obligation désormais incontournable de prendre en compte les RPS, mais pointe également le caractère "sensible" de toute intervention. Il détaille ce qui peut la rendre contre-productive, en particulier l'absence d'un plan de communication interne cohérent et susceptible d'accompagner les acteurs concernés tout au long du processus.


On se motive...


Courriers Cadres (n°48, février 2011) consacre un long dossier à la notion d'incentive ("motivation", en anglais), laquelle reçoit la définition suivante : "L'incentive est un schéma de récompense et de reconnaissance des membres qui vont y participer." Sont ainsi donnés plusieurs exemples d'actions menées en ce sens (avantages financiers divers, distribution de prix). Néanmoins, alors que se trouvent mises en avant les actions en faveur de la convivialité et de la cohésion des équipes (le fameux "team building"), il semble que les slogans qui illustrent le dossier - par exemple "On concourt ensemble, on gagne ensemble et on part ensemble" - puissent parfois se trouver en contradiction avec le type d'actions "incentive" décrites, la majorité d'entre elles reposant sur la récompense individuelle des "meilleurs"...
La question de la motivation par la reconnaissance reste donc délicate, entre mise en valeur de l'individu et préservation de la solidarité du groupe : l'ambivalence de la compétition - potentiellement émulation aussi bien qu'inhibition - est ici en cause.
D'ailleurs, la compétitivité peut-elle être "sociale" et "humaine" ? Un article d'Alternatives Economiques (n°299, février 2011), qui commente un rapport récent de l'OSEO consacré aux PME allemandes, répond positivement ; c'est le "respect du salarié" qui serait la clé : la valorisation et le développement des savoirs détenus par le salarié seraient ainsi au coeur de la culture d'entreprise outre-Rhin. Un tableau idéal à nuancer cependant : les conventions collectives, qui garantissent en particulier l'accès à la formation, ont tendance à disparaître.


My smartphone is rich - du jeu à la vidéosurveillance

Une enquête menée auprès de cadres montre que les nouvelles technologies, smartphones en tête, sont significativement utilisées "à titre de divertissement" au bureau. Si le stress est donc possiblement provoqué par le caractère envahissant des moyens actuels de communication (les professionnels du marketing, récemment sondés, pointent le flux continu des mails comme source de stress importante), il apparaît donc que l'exploitation de la fonction "jeu" du smartphone soit un remède aussi efficace qu'apprécié. Mais un détournement peut en cacher un autre, sans doute moins léger celui-là, puisque la vidéosurveillance au bureau passe aussi par le smartphone : "[l]es téléphones de troisième génération (3G) seraient la nouvelle arme massive de surveillance à distance ; en connectant sa caméra à un enregistreur connecté à Internet, on peut visionner les images capturées depuis son smartphone". "Espionner les salariés", comme le dit l'article de Rue89, est donc une nouvelle possibilité offerte par la technologie - et une mode qui, si elle se confirme, serait un indice plutôt négatif de l'évolution de certaines ambiances de travail...



Crédit photo : Serigne Diagne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires sont modérés par les auteurs de ce blog. Les propos injurieux, diffamatoires ou hors sujet seront exclus.